SaintéLyon , courir la nuit ca n’a rien à voir

0
768

 

 

 

Avec ses 55 hivers au compteur la Saintélyon fait partie de l’Histoire de la course à pied en France. L’histoire de ce raid extrême, disputé de nuit, en hiver, sur une distance d’une soixantaine de kilomètres se confond avec celle de la course à pied moderne. Que de chemin parcouru depuis l’époque ou les organisateurs du CT Lyon se frayaient un passage parfois à ski (les hivers étaient plus rudes, alors…), au milieu de la neige et des ronces, avec une poignée de courageux randonneurs, quelque part au dessus de Sainte-Catherine.

 

 

 

 

 


En 1951, les cyclotouristes Stéphanois et le «Cyclotourisme Lyonnais» créent une randonnée pédestre hivernale de 60km, organisée sur 2 jours en alternance entre Saint-Etienne et Lyon, via le GR7. Les premiers participants doivent venir à bout des 64 bornes de ce raid nocturne.  A l’époque, ils ne sont que quelques-uns à tenter l’aventure, arborant chaussures de montagne et sacs à dos. Le raid s’effectue sur deux jours avec coucher dans une auberge à Sainte-Catherine. L’objectif essentiel est alors le maintien de la forme des cyclotouristes lors de la saison hivernale.

Au fur et à mesure des éditions l’épreuve évolue et s’organise. La participation grandissante entraîne le chronométrage du raid sur une seule nuit, qui devient ainsi une compétition de marcheurs (interdiction de courir sous peine de disqualification) sur un parcours de 63,2 km.
Personne n’imaginait alors qu’il était possible de relier les deux grandes métropoles régionales en courant sans interruption. En quelques années, les temps réalisés passent de 9h à 7h30, un chiffre symbolique, puisqu’il représente le temps mis par la diligence pour relier Lyon à Saint-Etienne au siècle dernier.


Fin des années 70, l’émergence du jogging et des épreuves en «style libre» dû pour une large part à l’apparition de  chaussures amortissant mieux les chocs et à la diffusion des méthodes modernes d’entraînement, sonnèrent le glas de la marche. En 1977, les concurrents sont autorisés à courir.


 
En 1978, Michel DELORE, sportif, journaliste et écrivain, qui remporte l’épreuve 8 fois entre 1970 et 1980 va alors établir le record de la distance en courant, à 5h20.


Dans les années 80, surfant sur la mode du jogging et du survêtement, la SaintéLyon atteint un record de participation avec plus de 4000 concurrents (marcheurs et coureurs). Mais c’est également l’édition qui atteint des records d’abandons. Seulement 40% des participants franchissent la ligne d’arrivée.


Passé l’effet de mode et les illusions, la SaintéLyon est, pour un temps, cataloguée au rang des épreuves très difficiles. Elle voit sa fréquentation chuter et devient une affaire de spécialistes. Des coureurs tels que Gérard PETIT (4h44) ou Maurice MONDON (4h31) vont exploser le record de l’épreuve. Gérard PETIT est toujours détenteur du record dans le sens Lyon/Saint-Etienne en 4h47.
L’édition 1990 va marquer les esprits et une transition. A minuit, il commence à neiger au départ à LYON et la couche de neige atteint rapidement 70 cm au col de la Gachet. Impossible dans ces conditions de garantir les secours et l’acheminement des ravitaillements.
Les organisateurs décident d’arrêter la course à Sainte-Catherine, mais 80 concurrents continuent malgré tout et franchiront en héros la ligne d’arrivée à Saint-Etienne.

En 1991, les organisateurs créent les formules relais et Pascal Lavault établit le nouveau record de l’épreuve en 4h21’ 40’’. L’épreuve se modernise et se dispute désormais systématiquement entre Saint-Etienne et Lyon, avec un départ à minuit et un délai maximum de 15 heures.


En 1994, 2000 coureurs sont au départ et Franck Proîetto établit un record aujourd’hui invaincu de 4h19. Béatrice Reymann avait porté le record féminin (toujours inégalé) l’année précédente à 5h09.
2004 : Un nouveau site de départ à St Etienne (Parc Expo Hall B) et d’arrivée à Lyon (Palais des Sports de Gerland) confèrent à  l’événement une dimension nationale et l’arrivée via le parc de Gerland portant la distance totale à 68Km. 5 000 participants.
2009 Communique de l’organisation :

les inscriptions pour la Saintélyon ont démarré depuis quelques semaines. Si vous voulez faire partie des 10 000 coureurs « chanceux » au départ du raid légendaire, n’attendez pas le dernier moment. Cette 56ème édition va encore comporter des nouveautés « on vous dit que ça ». Allez, on vous en dévoile une en avant-première. Le parcours entre St-Genou et Soucieu va évoluer avec une portion inédite de sentiers (qui remplace une portion de bitume donc). On devrait ainsi arriver à l’équilibre parfait entre route et sentiers. On vous raconte la suite à la rentrée. Piles-poil. On n’attend plus que vous.

Moon walk
www.saintelyon.com

Au moins 4 amicoursiens devraient etre au depart en solo pour cette edition 2009 (Helene, Jean-Michel, Pascal et Gerard) et Jean-Pascal, Jose porraient bien les rejoindre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz