PARIS 2021 : Christine, Isabelle et Damien entrent dans « la légende du messager »*.

0
139

* « Le marathon a été créé à l’occasion des Jeux olympiques d’Athènes de 1896, sur une idée du linguiste français Michel Bréal, pour commémorer la légende du messager grec Philippidès, qui aurait parcouru la distance de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire contre les Perses en 490 av. J.-C. »

Une sortie club pour ce marathon de Paris qui devait se dérouler le 5 avril 2020, puis repousser le 18 octobre 2020, c’est finalement le 17 octobre 2021 qu’il a eu lieu avec 5 représentants Amicoursiens dont trois néo-marathoniens. Le temps était idéal en ce dimanche matin pour s’élancer depuis les Champs-Élysées vers la place de la Bastille, cheminer du bois de Vincennes à celui de Boulogne, le long des quais de Seine, Notre-Dame, le Louvre, le musée d’Orsay, la Tour Eiffel et tant d’autres monuments emblématiques qui se succèdent pour une traversée de Paris inoubliable et ce, sous les encouragements de Jean-François, Liliane, Nathalie F. et nos colocataires sans oublier ceux de Jean-Marc et Christine L. la veille !

  • Damien : 03:25:29
  • Thierry : 03:32:38
  • Claude : 03:57:27
  • Christine N. : 04:17:03
  • Isabelle F. : 04:22:33

Les mots des Néo-marathoniens :

  • Damien : Je suis vraiment très content de mon premier marathon. Déjà de mon chrono, mais surtout, sur les conseils de mes mentors du club, d’avoir su gérer ma course pour faire un meilleur temps au 2eme semi qu’au premier et avoir eu la force d’accélérer jusqu’à la fin. Vivement le prochain !
  • Christine N. : Après 1an ½ de patience, le jour J est enfin là !

    Honnêtement, je n’aurais jamais imaginé réaliser ce rêve. Mais après avoir enchainé des semi-marathons c’était pour moi une évidence. Je me suis donc rendu avec Isabelle dans le SAS des 4h dimanche matin ; non pas par objectif mais par confort.

    11h40… c’est le départ, nous prenons notre temps et cherchons la bonne allure. Il fait beau et la température est idéale, nous sommes comblées. Les 1ers kms passent gentiment, je savoure la beauté des monuments et les avenues de Paris. Je suis tellement bien que la 1ère montée vers la Bastille ne me ralentit pas. Les Kms filent, le rythme me va mais je fais quand même attention. Les gens sont nombreux à nous encourager cela me motive et m’encourage. J’ai adoré les animations tout au long du parcours. C’est la fête, les gens sont joyeux, le soleil brille ; PARIS est magnifique.

    Nous voilà à présent arrivées au bois de Boulogne, je commence à ressentir mes cuisses et ma hanche devient douloureuse, mais il reste encore 12kms ; je m’accroche, j’ai envie de pleurer, non pas de douleurs mais en voyant défiler les derniers kms. J’arrive au dernier ravitaillement (j’ai perdu Isabelle, je ne sais pas si elle est devant ou derrière moi) juste un peu d’eau et j’essaie d’accélérer, puis le panneau des derniers 500 m, puis elle est là l’Arche. Je sprinte avec toute mon énergie et enfin je passe la ligne d’arrivée.

    Et là, tout s’arrête, mon rythme cardiaque redescend, je marche doucement, je ressens les douleurs musculaires et j’ai mal aux orteils… mais je suis tellement bien…. J’avance à la recherche de mon chéri, je l’aperçois qui me cherche dans la foule. Je me jette dans ses bras ; l’émotion est forte, il m’annonce mon temps, il est tellement fier pour moi. Quel bonheur de partager ce moment tous les deux.

    Aujourd’hui, je peux dire que je suis une MARATHONIENNE, que je suis heureuse de l’avoir partagé avec mes amis coursiens et fière de porter les couleurs du Club.

    Pour finir, je voulais vous remercier pour votre soutien… vraiment merci. C’est grâce à la complicité et aux bons conseils de mon chéri et que j’ai pu vivre cette belle expérience.

    D’ailleurs, le prochain Marathon, c’est pour quand ?

  • Isabelle F. : « Le miracle n’est pas que j’ai terminé. Le miracle est que j’ai eu le courage de commencer. » John Bingham
    C’était dur au 32 ème kilomètres car je pense ne pas avoir géré l’énergie sucre correctement … en fait j’en ai pris un peu tout les 5 kms et au 30 ème je n’avais plus de réserve !!! Le dernier kilomètre il m’a fait kiffer grave , j’ai eu un regain d’énergie énorme ! Et je suis impressionnée de voir comme j’ai pu redémarrer sur 1 km ! Le sprint est assez incroyable, le mental est incroyable dans ce moment là !  Ah mais c’est clair on en refera c’est sûr et certain !

Bonne récupération à tous !!!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz