Quelques mots sur l’entrainement en course à pied

Quelques mots sur l’entrainement en course à pied

par -
1 73

Sur la route de Budapest (1/4)… Quelques mots sur l’entrainement

« Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon » Emil Zatopek

Depuis 20 ans, une génération d’amicoursien(ne) a donc, au moins un peu, « changé sa vie » !

Accueillis, motivés, encouragés, guidés, conseillés, « entraîné » au sens entraînant du terme par une bande de passionnés fédérés dès 1997 par le regretté Jean-Louis Charpentier. Georges, Jean-Pascal, José, Didier hier…Jean-Claude, Jean-François, Jacky,  Bernard, Pierre, Hélène, Gérard et quelques autres aujourd’hui.

Ce mot « entraîner » a un double sens. Le premier est évidemment d’enseigner, de proposer, d’organiser, de planifier des séances dans le but d’arriver à une progression. Mais « entraîner », c’est aussi et surtout dynamiser, apporter un souffle nouveau, une perspective nouvelle dans la pratique sportive. Bref, « entraîner » ne se limite pas à empiler des séances mais doit surtout privilégier une approche humaine afin d’accompagner et d’encourager le pratiquant, quel que soit son niveau, sur le chemin de son épanouissement.

Il n’y a pas une vérité en matière d’entraînement. Une recette miracle. Simplement, il faut proposer un système cohérent. Un système qui intègre des règles précises. Mais un système qui s’adapte au coureur, à l’humain. Pas le contraire.

Car, au-delà des performances, il faut savoir que le chemin compte autant que le but. Un chemin partagé les mardis, mercredis, jeudis, samedis et dimanche à l’entraînement pour préparer au mieux l’objectif du marathon ou du 30km de Budapest cet automne.

Pas de vérité… mais trois règles incontournables :

  • l’individualisation : chacun est différent (taille, poids, âge, qualité spécifique, motivation…) et chacun a un mode de vie différent (horaires de travail, famille, etc.)
  • le développement (progressivité et alternance) : pour développer une qualité, il faut la travailler au moins 2 fois/semaine (1 fois/semaine ou 1 fois/10 jours pour la maintenir) La progressivité tend vers une augmentation quantitative et qualitative maîtrisée des séances. L’alternance consiste à harmoniser charges d’entraînement et période de régénération ou de repos. Alterner temps forts et temps faibles.
  • l’assimilation : une règle très importante ! c’est ce qui permet de durer, ce qui permet d’éviter la saturation physique et psychologique

Toutes ces notions feront donc l’objet, ces prochaines semaines, d’une fiche hebdomadaire proposée sur notre site préféré. Elles seront ensuite complétées par une proposition de plan sur 12 semaines !

Les coaches d’Amicourse (d’hier et d’aujourd’hui)

Dessins de « Des bosses et des bulles »

2015-12-16

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire