La préparation en course à pied…mais sans courir !

0
98

Sur la route de Budapest (4) : La préparation en course à pied…mais sans courir !

les étirements : C’est un moment privilégié de l’entraînement. Un vrai retour au calme. Physiquement mais aussi psychologiquement. Avec une vraie approche de relaxation. Les étirements doivent être effectués lentement, sans « à coup », sans jamais dépasser le seuil de la douleur. Idéalement, les étirements devraient être programmés après une séance de régénération et pas à l’issue d’une séance dure en intensité (le muscle est courbaturé, « stressé » et ne demande qu’à récupérer) On étire une chaîne musculaire et pas seulement un muscle. Il est important de maîtriser quelques exercices et les faire correctement…sinon, c’est inefficace voir dangereux (risque de blessure !)

le gainage : On coure avec ses jambes…mais aussi avec le tronc et tout le haut du corps ! Il est essentiel de conserver une posture droite au fil des kilomètres d’un marathon grâce à une sangle abdominale correcte.

la récupération : Voilà un sujet majeur si l’on veut progresser ! La récupération fait partie de l’entraînement. Paradoxalement, ce n’est pas seulement lorsque l’on s’entraîne que l’on progresse…c’est surtout lorsque l’on récupère, c’est à dire lorsque l’on permet à l’organisme d’assimiler l’entraînement. A défaut, on s’épuise, on régresse, on se blesse…L’entraînement en intensité (VMA) ou en volume (séances longues) provoque une dégradation cellulaire et musculaire qui fragilise l’organisme. La récupération permet de « réparer » mais aussi et surtout de faire évoluer la capacité de résistance de l’organisme afin de le rendre apte à supporter de plus en plus de sollicitations. C’est l’illustration parfaite de la fameuse « faculté d’adaptation » de l’être humain. En course à pied aussi, « tout ce qui ne tue pas rend plus fort »…Donc, inutile de se « tuer » à l’entraînement en « empilant » les séances dures et longues en se persuadant que ce sera forcement payant. On ne sera surtout pas « plus fort » !

l’alimentation : S’alimenter, c’est donner du « carburant » à cet organisme vivant qu’est le corps humain. La qualité et la quantité de ce carburant sont des notions d’autant plus importantes que l’on sollicite celui-ci en faisant du sport. Pas de recette miracle. Manger équilibré en limitant les sucres et les graisses. Il est important de s’alimenter dans les 30 minutes suivant l’entraînement (c’est la « fenêtre métabolique » importante afin de reconstituer la dépense énergétique)

l’hydratation : Une notion essentielle : notre corps est constitué à 60%…d’eau ! (75% à la naissance et encore 50% pour les personnes très âgées) Cette eau est essentielle au bon fonctionnement des cellules, des muscles…bref, de tout l’organisme.

…et surtout, surtout, une notion essentielle : AMUSEZ-VOUS !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz